Cour constitutionnelle: Bref aperçu du parcours des sept nouveaux sages

    1. Razaki Amouda Issifou

      Nommé par l’Assemblée nationale en qualité de magistrat, Razaki Amouda Issifou était inspecteur général des services judiciaires jusqu’à sa nomination à la Cour constitutionnelle. Il est magistrat de profession depuis 1984.

      Reçu successivement dans l’Ordre national du Bénin en qualité de chevalier puis de commandeur, le sexagénaire a un riche parcours. Originaire de Pehunco dans l’Atacora, il a exercé environ douze années dans plusieurs tribunaux du Bénin. Il a ensuite occupé plusieurs postes dans l’Administration publique. Conseiller technique juridique du ministre des Finances entre 1996 et 2000, il devient directeur du contentieux et agent judicaire du Trésor.
      Député à l’Assemblée nationale et président de la commission des lois au cours de la 4elégislature (2003-2007), il fut également,sous l’Alliance Abt, maire de la commune de Péhunco d’août 2015 à septembre 2016. Il a siégé à la Commission électorale nationale autonome (Céna) en tant que secrétaire général en 1995 puis membre en 2011.

    2. Sylvain Messan Nouwatin

      On peut dire sans être dithyrambique que Sylvain Messan Nouwatin est une chance pour la sixième mandature de la Cour constitutionnelle. Magistrat hors classe à la retraite, cet ancien président du tribunal de première instance de 1ère classe de Porto-Novo et du tribunal de première instance d’Abomey justifie d’une expérience qui lui permet d’être une cheville ouvrière pour l’institution. Cet atout, il ne l’a pas seulement hérité de son passé de magistrat. Sylvain Messan Nouwatin a été du 25 février 2009 au 21 décembre 2016, secrétaire général de la Cour constitutionnelle. Cette charge lui a permis d’avoir une parfaite connaissance de la plus haute juridiction en matière de droit constitutionnel au Bénin. Et pour cette mandature qui s’envole avec uniquement des « New comer », l’ancien SG saura être la passerelle efficace, sinon la transition bien trouvée pour aider ses pairs à prendre leurs marques, en s’appuyant sur les expériences et parcours respectifs. Mais le nom Sylvain M. Nouwatin ne sonne pas qu’en matière de droit.
      Il a été de septembre 2005 à mai 2006, président de la Commission électorale nationale autonome (Cena) chargée de l’organisation de l’élection présidentielle de mars 2006 et d’août 2002 à mars 2003, premier vice-président de la même institution chargée de l’organisation des élections communales et municipales de 2003. On devra rappeler aussi pour son compte qu’il a été de janvier à mai 2001, membre de la Cena chargée de l’organisation de l’élection présidentielle de 2001, membre en 1999 de la Commission électorale départementale du Zou (élections législatives) et en 1996, membre de la Commission électorale départementale du Mono (élection présidentielle).
      Ces multiples autres expériences en tant que cadre de l’administration publique et expert électoral de l’Organisation international de la Francophonie lui seront également d’un grand appui dans ses nouvelles charges de juge constitutionnel.

    3. André Katari

      Nommé par le chef de l’Etat au titre de personnalité de grande réputation professionnelle, André Katari est un ingénieur agronome à la retraite. Cadre du ministère de l’Agriculture, il fut coordonnateur du Projet multinational d’appui à la filière coton-textile pour le Bénin (Paficot). Un projet qui a renforcé le partenariat entre le gouvernement béninois et l’Association interprofessionnelle de coton (Aic).

    4. Rigobert Azon

      Désigné par l’Assemblée nationale, Rigobert Azon est ingénieur en génie-mécanique. C’est un agent de l’Etat en service au ministère des Infrastructures et des Transports. Il est inspecteur principal des travaux publics et des chemins de fer.
      Membre de la Renaissance du Bénin (Rb) aile Abraham Zinzindohoué, Rigobert Azon a occupé d’importantes fonctions administratives. Il fut directeur général de l’Organisation commune Bénin-Niger des chemins de fer (Ocbn) de 2006 à 2010, directeur général adjoint du Centre national de Sécurité routière (Cnsr) d’août 2015 à 31 décembre 2017 puis membre du Conseil d’administration du Port autonome de Cotonou.

    5. Moustapha Fassassi

      Désigné par l’Assemblée nationale, Moustapha Fassassi est un magistrat à la retraite, qui a exercé dans plusieurs cours et tribunaux du Bénin. Il est membre du Parti du Renouveau démocratique (Prd).

    6. Joseph Djogbénou

      Nommé par le Parlement pour siéger à la Cour, l’ancien Garde des sceaux n’est plus à présenter. Né le 20 mars 1969 à Abomey, Joseph Djogbénou est juriste, avocat, agrégé de droit privé et professeur d’université. Alors membre de la Société civile, il fait son entrée en politique avec la création du parti « Alternative citoyenne » dont il était le président d’honneur. Il devient député en 2015 dans la 16e circonscription électorale sur la liste « Union fait la Nation » (Un). Ses pairs le désignent pour siéger à la Commission des lois du Parlement où il y au titre de président jusqu’à l’approche de la présidentielle de 2016. Désigné par sa formation politique comme candidat à la présidentielle de 2016, il s’est ravisé pour soutenir le candidat Patrice Talon. Elu président de la République, ce dernier l’a appelé le 6 avril 2016 au gouvernement au poste de Garde des sceaux, ministre de la Justice et de la Législation, poste qu’il a occupé jusqu’au mardi 5 juin dernier, à la veille de la prestation des nouveaux sages de la Cour constitutionnelle. A ce département, il a conduit plusieurs réformes qui ont connu des hauts et des bas.

    7. Cécile Marie-José de Dravo Zinzindohoué

      Cécile Marie José de Dravo-Zinzindohoué est la seule femme de la sixième mandature de la Cour constitutionnelle. Elle est nommée par le chef de l’Etat en qualité de juriste de haut niveau.
      Née le 10 mars 1956 à Pointe-Noire (Congo-Brazzaville), Cécile Marie-José de Dravo épouse Zinzindohoué est docteur en droit public et professeur assistant de droit dans les universités du Bénin. Elle fut commissaire-priseur près les cours d’appel du Bénin et chef département de la formation continue entre 2010 et 2015.
      Dans l’administration centrale de l’Etat, elle a été entre autres Conseiller technique juridique à l’ex-ministère de l’Environnement, de l’Habitat, et de l’Urbanisme, chargée de mission de 1990 à 1993 au ministère de la Fonction Publique, du Travail et des Affaires sociales et chef division du Service des Contentieux au ministère de la Fonction publique et des Affaires sociales, de 1986 à 1987. Commissaire-priseur près les tribunaux et Cours d’appel du Bénin, elle est aussi experte du Bureau international du Travail.
      Secrétaire générale de la Cena pour l’élection présidentielle de 1996 et membre de l’Association des femmes juristes du Bénin, Cécile Marie José de Dravo-Zinzindohoué atterrit à la Cour constitutionnelle après un parcours riche au rang de personnalité à même d’affronter les défis imposés par sa nouvelle charge.

® Irené Sem DAZAN

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Latest Tweets

SeoBin | Marketing Agency HTML Template updated with 2 new home https://t.co/mxLG1wKFPc https://t.co/w4arzHoAVx
RT @dhh: MailChimp is an inspiration! $300M+/year in revenues, profitable, based in Atlanta, NO VC. Wonderful. 🐒❤️ https://t.co/qmj0MNAQOo
Barrister - Responsive Law Business @joomla Template setup guide! https://t.co/GwqHcdxyDi https://t.co/qzEEldYie3
Follow Themewinter on Twitter

Post Gallery

LE MINISTRE MAHOUGNON KAKPO ANNONCE DES RÉFORMES POUR LE PROCHAIN EXAMEN DU DT/DPB

3è édition du Podium vacances à Klouékanmè / L'HONORABLE GÉRARD GBENONCHI PARRAINE L'ÉVÉNEMENT, LES HOSTILITÉS LANCÉES DIMANCHE DERNIER

4ème Assemblée générale annuelle du Réseau des parlementaires africains pour l'évaluation du développement (APNODE) / JÉRÉMIE ADOMAHOU, CHABI KATOCHA, JUSTIN ADJOVI ET N'OUEMOU DOMITIEN À LIBREVILLE AU GABON

Procès du glyphosate : Monsanto condamné, un jugement historique

De retour de Côte-d’Ivoire où il a participé au  Semaine Internationale de l’artisanat de Grand-Bassam /  L’ARTISTE PASCAL SETONDJI DEVOILE LES RETOMBES DE SON VOYAGE

Le Prince Wanilo (1885-1928), fils du Roi Gbéhanzin de Dahomey (Danhomè en langue fon) (1845-1906) et de la reine Lakoukou Massè est le premier avocat noir africain inscrit au Barreau de Paris en 1915 .

Zambie : Les appels via WhatsApp, Viber, Skype seront bientôt tarifés au quotidien

VIE POLITIQUE NATIONALE / ATTAQUER LE PRD DEVIENT UN FONDS DE COMMERCE POUR CERTAINS DÉSŒUVRÉS

Projet de construction d’un nouvel Hôtel de ville à  Porto-Novo / LE CONSEIL MUNICIPAL ADOPTE A L'UNANIMITE UNE COMMUNICATION RELATIVE A LA SIGNATURE D’UN AVENANT A LA CONVENTION DE MAITRISE D’OUVRAGE DELEGUE